Vous êtes ici : Accueil

Chers adhérents,
Mme Catherine Fournet, Présidente de l’A.A.C.C.C., vous invite à assister à l’Assemblée Générale de l’AACCC, le lundi 27 juin 2016 à 17h à la Polyclinique de Limoges Chénieux (salle de la Cafétéria).
Réponse souhaitée avant le 24 juin.
Cordialement.

Vous pouvez télécharger le coupon-réponse au format PDF en cliquant sur le fichier ci-dessous :

PDF - 438.5 ko
AG Juin 2016


Vous pouvez télécharger la nouvelle plaquette de l’association au format PDF en cliquant sur le fichier ci-dessous :

PDF - 371.4 ko
Plaquette AACCC 2016

Voici le texte de l’interview de Benjamin Lavigne, psychiatre au CH Esquirol, paru dans Info Magazine du 21 mars 2016 :


« Il ne faut pas avoir peur d’en parler » assure Benjamin Lavigne, psychiatre au CH Esquirol.

A l’occasion de la 22ème journée de cancérologie qui se déroule le 24 mars à Limoges, Benjamin Lavigne, psychiatre et chef de clinique au centre hospitalier Esquirol, tiendra une conférence intitulée « A-t-on le droit de faire une dépression lorsqu’on a un cancer ? ». Un thème original qui bouscule les idées reçues.
Info magazine : Parler de dépression en même temps que de cancer ne tombe pas forcément sous le sens…
Benjamin Lavigne : « Effectivement, et je pense que c’est bien le problème ! Lorsque j’ai participé à une précédente journée de cancérologie, j’ai remarqué que les patients avaient le sentiment qu’on parlait peu de ce sujet. Il est vrai que les cancérologues ont d’autres priorités vitales à mettre en place. Pourtant, on se rend compte que c’est assez courant puisque la dépression touche entre 20 et 30 % des malades du cancer.
Info : La dépression a-t-elle une incidence sur le traitement de la maladie ?
B.L : Ce diagnostic complique l’adhésion et la confiance dans tout le système de santé qui va être mis en place. Cela peut aussi être négatif sur le traitement. Souffrir à la fois d’un cancer et d’une dépression c’est prendre le risque que le cancer soit moins bien soigné, qu’il guérisse plus difficilement et cela peut accentuer les rechutes. Il y a un donc un vrai enjeu, ce n’est pas un luxe !
Info : Il est logique d’être déprimé à l’annonce d’un cancer mais quand peut-on vraiment parler de dépression ?
B.L  : On n’ose pas demander aux gens atteints d’un cancer comment ils vont et pourtant, c’est une question qui permet de faire la différence entre une réaction normale de tristesse et une réponse pathologique dépressive. Cela se voit sur l’intensité de la tristesse qui va devenir envahissante : ne plus réussir à profiter de ces petits enfants le week-end, ne plus prendre de plaisir en faisant la cuisine alors qu’on adorait cela… Il faut ajouter des troubles du sommeil, de la concentration, de la libido et des idées suicidaires de plus en plus présentes. La durée est également à prendre en compte notamment si cela dure plus de quinze jours. Dans ce cas, il ne faut pas avoir peur d’en parler, oser bousculer son médecin en posant toutes les questions qu’on souhaite et ne pas craindre d’être traité.
Info : La dépression peut-elle également survenir après le cancer, lors de la guérison ?
B.L : En thérapie interpersonnelle on parle de changement de rôle social. La personne va devoir passer dans un premier temps du statut de bien portant à celui de malade puis perdre ce statut. C’est un nouveau bouleversement. Pendant un an, sa vie est rythmée par le cancer et elle doit se construire un nouveau rôle. Le diagnostic et la guérison sont les deux moments les plus à risque pour un épisode dépressif. Il est donc très important pour les médecins de préparer ce changement de statut lorsqu’on arrive à la fin d’un traitement. A mon sens, c’est là que les associations de patients ont un rôle fort à jouer en permettant aux personnes d’amorcer cette modification de statut en aidant d’autres malades. C’est cette notion de patients experts dont on parle beaucoup actuellement et qui est extrêmement intéressante. »

Valérie Faret
Photo ©Yves Dussuchaud

Notez-le !
La 22ème journée de cancérologie organisée par l’association des amis du centre de can-cérologie Chénieux (AACCC) se tiendra le jeudi 24 mars de 9 h à 17 h au Green Saint-Lazare, avenue du golf à Limoges. Plusieurs conférences sont proposées, pour plus de renseignements rendez-vous sur le site de l’AACCC : www.aaccc.fr

Vous pouvez télécharger cet article au format PDF en cliquant sur le fichier ci-dessous :

PDF - 115.9 ko
Interview Benjamin Lavigne

Le 24 mars 2016, l’AACCC organise la 22ème journée de cancérologie Chénieux qui se tiendra au Restaurant Green de St Lazare à côté de la clinique Chénieux.
Bloquez cette date !

Vous pouvez télécharger cette affiche au format PDF en cliquant sur le fichier ci-dessous :

PDF - 735.9 ko
Affiche 22ème journée


Vous pouvez télécharger cette affiche au format PDF en cliquant sur le fichier ci-dessous :

PDF - 231.9 ko
Affiche

Derniers articles